Fibrome utérin: cette pathologie qui affecte la fertilité des femmes noires

Temps de lecture éstimé: 3 minutes
Fibrome utérin: une pathologie courante chez les femmes noires
Crédit phot: Marcos Calvo via Istock photos

Le fibrome utérin touche entre 20 à 30% des femmes en France. On sait que lorsqu’il s’agit des femmes noires, ce chiffre atteint environ 50%. Voyons ensemble plus en détail ce qu’est le fibrome et quelles sont ses incidences sur la santé et la fertilité.

Types de fibromes utérins

Le fibrome utérin est une tumeur bénigne (non cancéreuse) constituée principalement de cellules musculaires autour de l’utérus. Il peut mesurer quelques millimètres seulement à plusieurs dizaines de centimètres.

Il existe trois types de fibromes utérins, identifiés par l’endroit où ils se développent:

  • le fibrome sous-séreux : se situe sur la surface externe de l’utérus et peut y être rattaché par un pédicule. Lorsque c’est le cas, il peut occasionner des douleurs pelviennes aiguës en se tordant.
  • le fibrome intersticiel (ou intramural) : il se développe dans le myomètre (épaisseur du muscle utérin) et représente environ 70% des cas de fibromes.
  • Le fibrome sous-muqueux: il se forme dans la cavité utérine et peut prendre racine dans l’endomètre (la muqueuse utérine). Il peut être responsable de règles abondantes et douloureuses, ainsi que de troubles de la fertilité.

 

Le type, le nombre, la taille et l’emplacement des fibromes peuvent jouer un rôle important dans la survenue de symptômes plus ou moins handicapants.

 

Fibrome utérin et infertilité

La majorité des fibromes utérins ne limitent pas la capacité à tomber enceinte. Cependant, il peut arriver, lorsqu’une femme éprouve une difficulté à tomber enceinte, que le fibrome utérin en soit la cause.

En effet lorsque celui-ci se développe à l’intérieur de la cavité utérine, il peut empêcher l’implantation correcte de l’embryon.

Dans de rares cas, le fibrome utérin peut être à l’origine de fausses couches ou de difficultés pendant la grossesse.

Les hormones sécrétées pendant la grossesse peuvent impacter la taille des fibromes. Par exemple, en début de grossesse, il est possible que la sécrétion d’œstrogènes favorise l’augmentation de leur volume.

Le fibrome peut également parfois être la cause d’accouchements prématurés.

Parfois, lorsque la taille est trop importante et les symptômes trop handicapants, les médecins peuvent suggérer une hystérectomie. Cette intervention, bien qu’elle solutionne le problème des fibromes, résulte également en une stérilité définitive.

 

Causes et facteurs

Plusieurs facteurs peuvent encourager la survenue de fibromes utérins chez les femmes:

  • l’origine ethnique: on sait que près d’une femme d’origine africaine sur deux est touchée par la présence d’un (ou plusieurs) fibrome utérin. Elles sont également touchées plus jeunes, et sont plus sujettes à la récidive.
  • l’âge : près d’une femme sur deux est touchée par les fibromes utérins après 50 ans (contre environ 25% entre 40 et 50 ans).
  • la survenue des premières règles avant l’âge de 12 ans
  • l’hérédité: le risque de développer un fibrome utérin dépasse 40 % pour les femmes dont une membre de la famille a déclaré un fibrome ;
  • l’obésité (indice de masse corporelle élevé).
  • le fait de ne pas avoir eu d’enfant.

 

Aujourd’hui, les scientifiques ne savent expliquer pourquoi le fibrome utérin est plus fréquent chez les femmes noires. Cependant, des études effectuées aux états-unis suggèrent que le stress peut être associé à un risque accru de fibrome.

Certains chercheurs émettent l’hypothèse qu’une exposition permanente et historique au racisme, combinée à une qualité globale des soins inférieure, pourrait aider à expliquer cette disparité dans les diagnostics de fibrome.

L’hypothèse concernant la qualité inférieure des soins pour les femmes noires est un sujet très discuté aux Etat-Unis, appuyé par des statistiques alarmantes. Rappelons que les statistiques ethniques sont interdites en France.

Des recherches préliminaires montrent également que les défrisants capillaires – des produits chimiques utilisés par des millions de femmes noires – sont associés à une incidence plus élevée de fibromes.

Partagez cet article!

WhatsApp
Facebook
Twitter
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Belle femme noire

Pour recevoir la newsletter avec les derniers articles, conseils et sujets populaires,

ABONNE-TOI

Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur ce lien.

Ce site Web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez la Politique de confidentialité.