Audrey Pulvar chez France Inter: “Je suis la fille d’un monstre”

Temps de lecture éstimé: 3 minutes
Audrey Pulvar chez France Inter: "Je suis la fille d'un monstre"
Audrey Pulvar chez France Inter: "Je suis la fille d'un monstre"

Suite aux récentes accusations de pédophilie à l’encontre de son père décédé en 2008, Audrey Pulvar a pris la parole au micro de France Inter.

 

Audrey Pulvar était au courant

Elle l’a dit il y’a quelques jours déjà, Audrey Pulvar soutient ses cousines, qu’elle considère comme victimes d’un pédocriminel.

C’est avec beaucoup d’émotion qu’elle revient sur les évènements, et notamment le climat malsain qu’elle aurait perçu il y’a 45 ans alors qu’elle était enfant. Elle explique que par la suite, ces souvenirs se seraient en quelques sorte “cadenassés” dans son esprit.

Elle se souvient ensuite de l’annonce des actes de son père au sein de la famille.

C’est sa mère, alertée par la mère de ses cousines, qui l’en a informée en 2002. Audrey Pulvar n’a pas confronté son père, à l’époque gravement malade. En revanche, elle indique avoir tout de suite cru les accusations de ses cousines. Elle complète qu’elle est “toujours du côté des victimes” car “lorsque les victimes parlent, c’est pour être crues”.

A l’époque, deux de ses cousines ont tenté de porter plainte, mais se sont heurtées au délai de prescription passé.

 

Les raisons de son silence

Fustigée sur les réseaux sociaux par de nombreux internautes pour ne pas avoir dénoncé son père, Audrey Pulvar s’explique.

Interrogée par la journaliste de France inter, elle explique son silence, malgré le fait qu’elle croyait ses cousines.

Elle insiste ainsi que le fait que lorsqu’une victime est prête à prendre la parole, il faut la recevoir sans la mettre en doute. Cependant, Audrey Pulvar nous dit c’est à la victime de parler, si elle le souhaite.

Ainsi, face aux reproches qui lui sont fait concernant son silence, Audrey Pulvar confie avoir voulu respecter la volonté de ses cousines. Elle considère que si elles n’ont pas pu parler avant, c’est qu’il leur fallait du temps et de la maturité.









Le contexte actuel (avec l’affaire Duhamel notamment) pourrait avoir été un déclencheur.

Concernant sa candidature aux prochaines élections régionales, Audrey Pulvar refuse que l’on prête à ses cousines des intensions de lui nuire politiquement.

Partagez cet article!

WhatsApp
Facebook
Twitter
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Belle femme noire

Pour recevoir la newsletter avec les derniers articles, conseils et sujets populaires,

ABONNE-TOI

Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur ce lien.

Ce site Web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez la Politique de confidentialité.